Mobile Navigation

Langues

Forum de dialogue sur le secteur énergétique du PAEE

Forum de dialogue sur le secteur énergétique du PAEE

Forum de dialogue sur le secteur énergétique du PAEE

État 

achevé

Date 

13 octobre, 2014 - 14 octobre, 2014

Pays 

Italie

Résumé

À l'occasion de la présidence italienne de l'UE et en prévision d'une conférence ministérielle sur la coopération énergétique qui devrait avoir lieu dans le cadre de l'Initiative Italie-Afrique, le Partenariat Afrique-UE pour l'Énergie (PAEE) a organisé et co-hébergé avec le ministère italien des Affaires étrangères le 13 octobre 2014 à Rome, Italie, un atelier technique sur le thème « Comment gérer les risques dans le secteur africain de l'énergie ».

L'événement a attiré plusieurs ministres africains de l'Énergie (Lesotho, Ghana, Nigéria, Somalie et Tanzanie), la Commission de l'Union africaine (CUA) et la Commission européenne, tous acteurs essentiels du PAEE. M. Klaus Rudischhauser, directeur général adjoint à la DG Développement et coopération (DEVCO) de la Commission européenne, a prononcé l'allocution de bienvenue et présenté l'événement, assisté de M. Atef Marzouk, représentant de M. Aboubakari Baba-Moussa, directeur de la Direction de l'Énergie et des Infrastructures à la CUA. L'atelier avait été organisé par la Facilité de dialogue et de partenariat de l'Initiative de l'UE pour l'Énergie (EUEI PDF), qui gère le secrétariat du PAEE, et soutenu par l'Alliance pour l'électrification rurale (ARE), point focal du secteur privé auprès du Partenariat.

Plus de 300 chefs d'entreprise et dirigeants politiques africains et européens, dont des experts de haut niveau, étaient ainsi réunis pour discuter des risques auxquels le secteur énergétique africain est confronté et essayer de trouver des solutions pour attirer davantage d'investissements privés. Les participants ont reconnu que le PAEE permet à toute une série d'acteurs de terrain (secteur privé, universitaires et ONG) de s'exprimer et de se rassembler à l'occasion d'événements comme celui-ci. L'atelier a notamment permis une interaction directe entre les ministres présents et des chefs d'entreprise qui travaillent en Afrique ou qui ont l'intention d'y travailler.

Pendant le forum, plusieurs orateurs ont expliqué que les deux continents sont confrontés à des problèmes énergétiques qui ont atteint le statut de priorités politiques, que ce soit au niveau national ou international. La sécurité énergétique est, en effet, une priorité, non seulement pour l'Italie et l'Europe, mais aussi pour l'Afrique. Il devient donc indispensable pour toutes les parties prenantes de mettre en place une solide coopération entre les deux continents afin d'anticiper les problèmes à venir dans le secteur de la sécurité énergétique.

En ce qui concerne le continent africain, et notamment la région ciblée par la Conférence (Afrique subsaharienne), l'accès universel à l'énergie reste un enjeu majeur, mais un enjeu conjugué à une opportunité de taille : choisir la voie du développement durable et de l'efficacité énergétique grâce à un bond en avant technologique sans précédent. Tout le monde reconnait que le secteur privé sera un acteur crucial de cette évolution, un acteur capable de tirer parti des opportunités du marché tout en répondant à une demande croissante d'énergie sûre, abordable, renouvelable et durable. Le forum a donné lieu à des discussions interactives sur ce qu'il est possible de faire pour déverrouiller le potentiel du secteur privé afin de lui permettre de surmonter les obstacles politiques et financiers auxquels l'énergie renouvelable hors réseau est confrontée. Une discussion a également été consacrée à la relation qui existe entre énergie et agriculture, un thème crucial qui sera au cœur de l'Expo Milano 2015 (énergie et sécurité alimentaire).

Des contributions utiles et détaillées ont également émergé des discussions des trois groupes de travail, avec notamment la participation active et engagée des ministres de l'Énergie présents dans la salle. M. Luigi Marras, directeur général italien des Affaires mondiales, et son directeur adjoint M. Marco Marsilli, ont noté que les travaux de l'après-midi avaient permis l'émergence de nombreuses solutions pratiques pour faciliter les investissements en Afrique et créer des points focaux stables pour les futures initiatives, qu'elles soient bilatérales avec l'Italie ou réalisées ailleurs en Europe. M. Marsilli a rappelé aux participants que plus de 600 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à des services énergétiques modernes, 80 % vivant encore dans des régions rurales, ce qui fait de l'accès à l'énergie moderne un enjeu majeur qui nécessite une action durable.

Il a été suggéré que, malgré le rôle clé qu'il joue dans la mise à disposition de services énergétiques modernes et durables, le secteur privé n'a pas été suffisamment actif ou impliqué dans les processus nationaux, régionaux et internationaux concernés. La réunion s'est terminée par une demande pressante des leaders africains et des décideurs politiques européens qui exhortent le secteur privé à s'investir davantage dans le secteur énergétique, particulièrement en Afrique, sachant que les cadres réglementaires s'assouplissent de plus en plus.

Pour consulter l'ordre du jour du forum, voir la rubrique Publications associées ci-contre.

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter le Secrétariat du PAEE (aeep@euei-pdf.org) et nous rejoindre sur Twitter @AfricaEUEnergy.

Lieu

Téléchargements

Actuellement, il n’y a aucun document.

Sujets

  • Accès à l’énergie
  • Énergies renouvelables