Mobile Navigation

Langues

Scénarios énergétiques d’avenir dans les villes africaines – créer des opportunités pour un développement adapté au climat

Scénarios énergétiques d’avenir dans les villes africaines – créer des opportunités pour un développement adapté au climat

État 

achevé

Date 

11 mai, 2016

Résumé

Aujourd’hui, les villes consomment jusqu’à 80 % de la production énergétique mondiale et sont responsables d’environ 75 % des émissions de CO2 de la planète. En Afrique, la population urbaine devrait tripler en 40 ans, passant de 400 millions en 2010 à 1,26 milliards en 2050 – soit une hausse de près de la moitié de celle attendue à l’échelle mondiale. Or pour l’instant, la plupart des projets d’urbanisation en Afrique subsaharienne ne s’est pas accompagnée d’une amélioration correspondante de la livraison de services et de la croissance économique, ce qui entrave considérablement les opportunités de développement. Actuellement, à une époque où l’Afrique subsaharienne subit les conséquences les plus lourdes du changement climatique, les gouvernements locaux d’Afrique encouragent fortement la prise d’initiatives dans le domaine énergétique ou climatique. Ainsi, pour de nombreuses villes africaines, la période d’urbanisation accélérée qui couvrira les trois prochaines décennies ouvre de nouvelles possibilités de satisfaire les besoins actuels et futurs de leur économie et de leurs citoyens, tout en évitant de rester enfermées dans des schémas de croissance non durables.

Dans ce contexte, l’EUEI PDF a mené une étude sur les scénarios potentiels que pourraient suivre la croissance énergétique et les politiques climatiques des villes d’Afrique subsaharienne d’ici 2050. Cette étude vise à alimenter le dialogue politique autour du rôle que les villes africaines peuvent et doivent jouer à l’avenir dans l’implémentation des Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) de leur pays respectif. Les recherches liées à cette étude fourniront des orientations stratégiques aux quatre groupes de parties prenantes suivants : les institutions publiques d’Afrique présentes au niveau national, régional et municipal ; le secteur privé ; la société civile ; et la communauté internationale des donateurs.

Une méthodologie d’anticipation stratégique, élaborée sur la base des scénarios envisagés, a été ici appliquée pour soutenir une vision et planification stratégique de moyen à long terme. Il existe en tout quatre scénarios esquissant les orientations stratégiques possibles dans le sens d’une planification urbaine et d’un développement durables dans les villes d’Afrique subsaharienne. Cette analyse montre la complexité de la planification des infrastructures urbaines et identifie les mégatendances qui dessineront l’avenir des filles africaines ; par ailleurs, cette étude classifie également les facteurs incertains de changement ainsi que les « wild cards » qui permettront d’optimiser la gestion des risques, tout en identifiant les opportunités et défis de l’urbanisation des villes africaines.

Les conclusions de l’étude mettent en lumière les messages clés spécifiques à chaque scénario et les manières de soutenir un dialogue vertical entre les gouvernements nationaux et municipaux pour permettre une implémentation énergétique au niveau local, avec des initiatives énergétiques menées au niveau des habitats informels installés dans les zones urbaines et périurbaines. Ceci prouverait l’impact que peuvent avoir les villes dans la poursuite d’objectifs nationaux (par ex. les CPDN) et permettrait de renforcer les capacités des autorités locales pour rendre leurs projets « finançables ».

S’adressant à un large groupe de parties prenantes issues d’institutions publiques africaines au niveau national, régional et municipal, du secteur privé, de la société civile et de la communauté internationale des donateurs, l’étude décrit les scénarios potentiels de la croissance énergétique et des politiques climatiques d’ici 2050 dans les villes d’Afrique subsaharienne.