Mobile Navigation

Langues

Stratégie & plan d’action d’efficacité énergétique pour les bâtiments publics municipaux d’Accra

Stratégie & plan d’action d’efficacité énergétique pour les bâtiments publics municipaux d’Accra

État 

achevé

Date 

1 avril, 2017 - 30 novembre, 2017

Pays 

Ghana

Région 

Afrique occidentale

Résumé

Depuis 2012, le Ghana connaît la pire crise énergétique de son histoire. Les coupures et délestages électriques ont été fréquents, car l’infrastructure d’alimentation électrique existante est peu fiable et ne parvient pas à faire face avec la demande énergétique croissante. Actuellement, la dépendance excessive par rapport aux flux d’eau saisonniers et à l’import de de pétrole et gaz étrangers entraîne un coût de production d’électricité élevé, ce qui crée un véritable fardeau pour la performance économique globale du pays, qui affecte particulièrement les foyers pauvres et les femmes. Dans ce contexte, l’efficacité énergétique est considérée comme l’une des principales mesures qui permettrait d’alléger la crise énergétique au Ghana. Elle fait donc l’objet d’une priorité dans l’« Agenda partagé de croissance et de développement au Ghana ». D’ici 2020, le gouvernement du Ghana vise ainsi à économiser 8 000 gigawatt-heures au niveau national.

Selon cette logique, l’Assemblée métropolitaine d’Accra (AMA) a demandé à l’EUEI PDF de lui fournir une assistance technique et financière pour la mise au point d’une stratégie d’efficacité énergétique appliquée aux bâtiments publics municipaux d’Accra. L’AMA a souhaité  présener ce projet comme une bonne pratique à appliquer dans d’autres bâtiments publics municipaux du Ghana.

Plusieurs activités ont ainsi été menées pour promouvoir un environnement propice à l’efficacité énergétique :

• Des rapports d’audit énergétique de deux bâtiments municipaux spécifiques ;
• Une stratégie et un plan d’action d’efficacité énergétique intégrant un modèle financier pour garantir le financement de projets d’efficacité énergétique, ainsi que des chiffres concrets sur la manière dont ils contribuent à la réduction des effets du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci ;
• L’implémentation de premières mesures d’efficacité énergétique à coûts zéro ou très bas ;
• Partager les résultats et les connaissances ainsi obtenues avec des représentants clés du secteur public ou privé, ainsi que des financiers locaux et internationaux, par le biais d’un atelier de travail et d’une formation ;
• Sensibiliser à l’importance de l’efficacité énergétique et accroître l’intérêt des jeunes femmes pour des carrières techniques via un atelier de travail avec un groupe réunissant certaines lycéennes de la municipalité.

Plusieurs partenaires clés ont été identifiés pour cette intervention. Parmi eux, la Commission énergétique, qui a pour mandat de promouvoir l’efficacité énergétique, a affiché son intérêt pour une coopération facilitant les formations d’audit énergétique. Le PNUD, grâce à son travail sur les normes de l’efficacité énergétique, ainsi que la Banque africaine de développement (BAD), grâce à son programme antérieur d’efficacité énergétique dans les bâtiments, ont  également été des partenaires très pertinents dans le contexte de l’efficacité énergétique au Ghana. Il a été également possible de soutenir l’initiative de la SEA (Sustainable Energy Africa) baptisée « Soutenir les municipalités africaines dans la transition vers des énergies durables » (SAMSET), financée par le DFID et le Programme de la Convention mondiale des maires en Afrique subsaharienne, qui a organisé  une conférence et une formation aux Stratégies de transition vers des énergies durables en Afrique urbaine subsaharienne en juin 2017 à Accra.

À moyen terme, ces résultats contribueront à la satisfaction des engagements pris par les INDC (Contributions décidées au niveau national) au Ghana sur l’efficacité énergétique (Objectifs de développement durable 7 & 13) et augmenter la résilience au changement climatique à Accra (ODD11). De plus, ces projets soutiendront le développement socio-économique plus large du Ghana en renforçant son potentiel de croissance économique (ODD8) et en réduisant le niveau de la pauvreté (ODD1), avec un projet spécifique encourageant l’égalité des sexes dans le secteur énergétique (ODD5).